Lettre à Jean Daive à propos de Joerg Ortner

A l’occasion de l’exposition Joerg Ortner, La science du négatif, au Centre international de poésie de Marseille du 6 juin au 22 septembre 2012, Barbâtre a écrit à Jean Daive, concepteur de l’exposition. Ce texte a été publié dans le numéro 213 du Cahier du Refuge et est reproduit ci dessous.

L’exposition Cézanne et Paris au musée du Luxembourg, Paris

A propos de l’exposition Cézanne et Paris qui s’est tenue au musée du Luxembourg, jusqu’à ces derniers jours, une première remarque s’impose au sujet d’une découverte surprenante qui, à ma connaissance, n’a jamais été signalée : Cézanne a peint une gidouille au portrait d’Ambroise Vollard, son marchand! Une gidouille au côté droit de son habit.Vollard éditeur […]

Still life

Tout comme Giacometti, en son temps, s’était posé la question de savoir ce que pouvait être une tête, une même question, aujourd’hui, se pose pour la nature morte. Pour moi, d’emblée, les objets de la nature morte, quels qu’ils soient, dépendent en premier de leur apparaître plutôt que de leur mise en scène ; ce […]

François Barbâtre

Je suis né un jour d’automne ; ce jour-là, j’ai neuf ans. A la petite école municipale de Laval, ce jeudi, le maître nous donne à peindre une feuille de platane. Par l’opération magique du pinceau, rien ne distingue la feuille du platane de celle apparue sur le papier, l’enchantement est entier. Il ne pouvait […]

Vies silencieuses

François Barbâtre, pour voir, tient en réserve dans un coin de son atelier de Montparnasse une petite collection d’emballages de médicaments et de pots colorés. En dépit de cette banalité choisie, le regard se prend dans les pastels des dispositifs qui retournent la vision vers son point aveugle, par les impossibilités que lui opposent des […]

La réponse de Marie-José Mondzain

Cher François, (…) Quand tu m’as invitée à reconsidérer attentivement le plâtre de l’atelier des Lauves, j’ai immédiatement remis au travail mon œil sur les aquarelles de la Sainte Victoire et celles de troncs d’arbres proches de la terre et des rocs. Partout, cette irruption de la vacuité dont tu parles, est éminemment présente. Par […]

Extraits d’une lettre à Marie-José Mondzain

Marie-José, Cette hantise de Cézanne, serait-elle une fatalité? Et pourquoi lui plutôt que Monet, Degas, Seurat? Jamais on ne dira assez l’énormité du phénomène Cézanne dans l’esprit des peintres du début du siècle! Autant que je m’en souvienne il en a été déjà question dans une lettre précédente (…) Je me souviens d’une aquarelle dite […]

Une lettre de Marie-José Mondzain

François, Encore une lettre, puisque nous avons coutume de nous écrire pour parler de la peinture. L’été finissant cesse de découper l’espace et de séparer les choses avec son incandescente brutalité, j’allais dire indécente! J’attendais cette approche de l’automne pour pouvoir m’entretenir avec toi. L’été commençait à peine à Paris lorsque je suis venue te rendre visite […]